Forêt houillère - Champclauson -

Auteur : B. Comte

CE SITE EST FRAGILE : PRESERVEZ-LE !

 

 

 

L'accès est très facile ainsi que le stationnement

Grâce à l'affleurement (front de taille) permettant l'observation d'une forêt fossile, il est aussi possible d'appréhender une succession de couches appartenant à deux thèmes sédimentaires (mégaséquences) successifs.Il est ainsi possible de comprendre le fonctionnement du bassin houiller.

 

 

 

                                                                                                          Découverte de Champclauson

 

Troncs fossilisés

Racines fossilisées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Localisation du site

Département : GARD
Commune : Champclauson
Lieu dit :
Découverte du Rosier

Carte I.G.N. 1/25000
ALES 2840 0T

Carte Géologique 1/50000
ALES

 

GPS :

Repérage Coordonnées Lambert II étendu
X :734.25; Y:1917.5; Z: 500m

GPS: N44.2467515 ; E4.0165114

 

Pour s' y rendre ..

Accès
Site " La forêt fossile" Champclauson. Parking aménagé. Musée + Visite en petit train. Téléphone 04 66 34 24 35

 

                                                                        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sécurité :

Aucun danger

 

 

Activités envisageables

 

Objectifs :

A partir de l'observation des différents ensembles à l'affleurement, il est possible d'identifier les événements géologiques et d'en établir la chronologie. Il est possible également d'établir la biodiversité du passé

Identifier les changements des peuplements de la Terre au cours des temps (cycle 3)

Reconstitution d’un paysage passé et comparaison avec un paysage actuel pour illustrer l’organisation du monde vivant à différentes échelles de temps. (cycle 4)

Illustrer l'évolution de la biodiversité à l'aide d'une flore fossile et comprendre la formation d'une ressource naturelle

 

Matériel:

Extraits de cartes topographique et géologique, clé de détermination des roches et des fossiles, boussole, loupe à main.

 

Pistes d'exploitation pédagogique:

Observer l'affleurement, distinguer les différents ensembles qui le constitue et réaliser un schéma. (Il est recommandé de commencer ce schéma au crayon, les observations postérieures pouvant amener à modifier l'interprétation initiale).

Observation de fossiles et identification à l’aide de clés de détermination.

Reconstitution du paléoenvironnement. 

Lecture de la carte géologique.

Détermination de la nature des roches.

Identifier des événements géologiques et établir leur chronologie. ((Recherche d'indices : aspect, couleur des roches, épaisseur et disposition des couches, traces fossiles...) qui permettront d'identifier des événements géologiques et d'établir leur chronologie.)

Ainsi que celles que vous-même identifieriez.

 

Interprétation

 

Les unités

L'affleurement montre une succession de couches appartenant à deux thèmes sédimentaires (mégaséquences) successifs ( visibles ci-dessous (fig.1) sur la photographie du site ).

Fig.1 — Mégaséquence

La partie D au sommet de la photographie où se trouve une petite couche de charbon correspond au début d'un nouveau thème.

La partie C correspond à la fin de la mégaséquence du thème précédent. Elle est constituée au sommet de bancs gréseux grossiers dans lesquels on trouve de nombreuses stratifications obliques, correspondant à des chenaux dont certains sont bien visibles (voir photographie ci dessous) et peuvent se recouper . Ces grès contiennent des souches d'arbres en place, non déracinées, en " position de vie ", c'est à dire verticale. La base de certains troncs est visible montrant le départ des racines (photographie ci dessous).

En dessous les couches sont constituées de grès de plus en plus fins alternant avec des sédiments beaucoup plus fins de couleur grise (siltites grises)

La partie B en dessous montrent une alternance couches de siltites grises et de siltites noires (plus riches en matières carbonées) à empreintes de radicelles et feuilles. On observe la présence de nodules carbonatés.

La partie A inférieure du thème, non visible sur l'aménagement actuel, est constituée de siltites noires et de couches de charbon ( couche champclauson d'environ 3 mètres d'épaisseur ) et de cinérites (cendres volcaniques) (cinérite 614 à la base).

Les chenaux

Fig.2 — Photographie de la partie C de la mégaséquence montrant des chenaux gréseux superposés

Les troncs

Fig.3 — Tronc de Syrigodendron (troncs de Sigillaire écorcé )


Les cicatrices visibles sur ces troncs correspondent à des départs de racines, feuilles ou tiges adventives.

 

A droite reconstitution de Sigillaires d'après P. Bertand.

(In P.Corsin. Flore Universelle. Bordas)

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la nature actuelle (principe d'actualisme) un ensemble de phénomènes comparables à ceux observés à la découverte des Rosiers à Champclauson se rencontre au niveau des formations deltaïques.

Fig.4 —  Bloc diagramme et coupe d'une séquence granocroissante dans une formation deltaïque actuelle

Chaque lobe deltaïque est formé par la superposition argiles, sable fin, sable grossier. Ces séquences sont granocroissantes ce qui traduit l'avancée du delta sur la mer (progradation). Au sommet de chaque lobe on observe des chenaux qui sont des ramifications du fleuve. Ces chenaux changent de lit régulièrement à la faveur des crues. Lorsqu'il y a transgression marine des dépôts plus fins se déposent sur des dépôts grossiers, se forme ainsi une séquence granodécroissante.

A la découverte de Champclauson, on observe des séquences granocroissantes : siltites puis grès fins, puis grès grossiers (Fig.1). Des chenaux et des stratifications entrecroisées correspondent bien à ce fonctionnement. La fossilisation des troncs sectionnés et emprisonnés dans le grès (ancien sable) suggère bien l'existence de crues. On observe également de telles séquences ( grès, siltites grises,siltites noirs, charbon ), elles correpondent à une avancée du lac vers le rivage du fait de l'affaissement du fond du bassin (subsidence).

Conclusion 

Les observations à la découverte des rosiers permettent de restituer le paléomilieu suivant :
dépôts dans une plaine deltaïque, traversée par des chenaux distributeurs peu profonds (1). Ils apportent des grès, dépôts détritiques qui s'accumulent entre ces chenaux (2) et forment des lobes deltaïques (3).

Dans les zones plus distales se déposent siltites grises (4a), siltites noires (4b) et charbon ( 4c).

Fig.5 — Reconstitution du paléo milieu

 

 

 

 

Fig.6 — Reconstitution du delta lacustre du bassin houiller des Cévennes  

D'après Delenin P., Lemblé J., Rey S. DEA. 1985 Institut Sciences de la Terre. Univ. Dijon

 

 

L'accumulation de grès sur ces dépôts distaux et le phénomène inverse de dépôt de charbon sur les grès, traduisent le jeu de la progradation du delta lacustre et de la subsidence dans le milieu.

 

Pour en savoir plus...

  •  G. BERGER, A. LEFEBVRE, R. TURC, H. GRAS, J.L POIDEVIN, J. ARENE, B. GUERANGE. (1978) - Notice de la feuille d’Alès. Carte géologique de la France au 1/5000. BRGM.
  •  CHARTON Serge et al. (1985) : La découverte de Rosier - Champclauson. Stéphanien du Bassin Houiller des Cévennes ( GARD ). DEA. Institut des Sciences de la Terre. Université de Dijon.
  •  BERBEY Hugues et al. (1986) : La 7ème couche - Champclauson Bassin Houiller des Cévennes ( GARD ). Quelques aspects de la sédimentation détritique. DEA. Institut des Sciences de la Terre. Université de Dijon.

 

Extrait de la carte géologique 1/50 000 BRGM d'ALES - 1978

 

Extrait de la  légende de la carte géologique 1/50 000 BRGM d'ALES - 1978